Vous êtes ici : Transcriptions » Mammifères marins
  • Diminuer la taille du texte
  • Rétablir la taille du texte par défaut
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer cet article en format éco-conçu
  • Enregistrer cette article au format pdf

Regard sur les mammifères marins

Voix off

Sur ces trente dernières années, ce ne sont pas moins de 21 espèces de mammifères marins qui ont été recensées sur le littoral du Nord Pas-de-Calais.
C’est donc de façon insoupçonnée du grand public, que sillonnent au large de nos côtes plusieurs espèces de dauphins, de lagénorhynques, et même l’impressionnante Baleine à bosse !

Mais par qui sont étudiés ces mammifères marins et quelles sont les techniques de suivi organisées en région ?

La CMNF (Coordination mammalogique du Nord de la France) est une des associations qui assure cette mission depuis maintenant plus de 20 ans. Elle effectue notamment l’étude et le suivi des populations de phoques au phare de Walde (situé à Marck, entre Calais et Dunkerque).

Interview de Jacky Karpouzopulos, Président de la CMNF et responsable du groupe mammifères marins

C'est un site qui est loin d'être annodin, on a déjà eu par le passé énormément d'échouages. Il se passait quelque chose ici et lorsque nous avons créé notre groupe on est venu très très souvent ici voir ce qu'il se passait.
Ce sont surtout des reposoires de hautes mer qui permettent aux phoques de se reposer ici. Car il y a de nombreux phoques en transit ici. C'est une zone très très importante.

Alors, le protocole de suivi est un protocole standardisé. Ici, une action pédestre. Donc on gare les voitures à proximité, on traverse les dunes, on traverse le milieux sableux tous les dis jours. Quelque soit la hauteur de marée et quelque soit le temps, on viendra systématiquement.

On observe deux espèces de phoques ici, premièrement le Phoques veau marin. Donc lui on le voyait surtout ici dans les années 2000 avec une dizaine, quinzaine d'individus. On en revoit de nouveau mais c'est trois/quatre individus, ils afectionnent beaucoup plus la Baie de Somme.
Et puis la deuxième espèce, le Phoque gris. Donc lui, on en voyait deux, trois individus dans ces mêmes années (99/2000). Maintenant, on est à 20, 25. Et donc depuis trois ans, on voit le phénomène qu'il y a plus en plus de Phoques gris qui viennent s'installer sur le littoral du Nord - Pas-de-Calais.

Voix off

L’association OCEAMM, quant à elle, a mis en place différents protocoles d’étude en pleine mer pour approfondir la connaissance des cétacés dans les eaux régionales.

Interview de Sylvain Pézeril, Directeur d'OCEAMM (Observatoire pour la conservation et l'étude des mammifères et milieux marins))

Nous travaillons sur quatre espèces : les deux espèces de phoques (le Phoque veau marin et le Phoque gris), et deux espèces de cétacés, le fameux Marsouin commun et le Lagénorhynque à bec blanc.
Nous allons en mer pour étudier les Cétacés. Nous opérons avec des protocoles liés à des transects en mer. Nous suivons une ligne à partir d'un bateau et nous dénombrons tous les mammifères marins que nous croisons.
Nous avons développé le même protocole mais à partir de lignes ferry en région.
Et nous avons un troisème type de suivi qui est le suivi acoustique.

Globalement les tendances concernant les populations de mammifères marins sont à la hausse. Et pour ce qui concerne le Marsouin commun, nous observons un retour de cette espèce dans les eaux régionales depuis la fin des années 90', début des années 2000. Nous sommes maintenant, en région Nord - Pas-de-Calais, la région de France où l'on enregistre des effectifs de Marsouins communs les plus importants. Nous sommes le hot spot pour le Marsouin commun en France !

Voix off

La CMNF et OCEAMM comptent parmi les correspondants officiels du réseau national échouage et sont donc susceptibles d'intervenir lors d’une alerte sur nos côtes.
Ces échouages constituent évidemment une source de données importante sur les espèces de mammifères marins présentes en région et sur l’état de leurs populations.
Mais au-delà de l’approche scientifique, le réseau national échouage constitue une chaîne humaine qui s’organise efficacement pour le sauvetage d’individus retrouvés vivants.

C’est ainsi qu’en août 2011, 3 bébés phoques ont été recueillis et soignés par la LPA de Calais. Après 4 mois passés au centre de soins et quelques 30 kilos en plus, c’est en décembre dernier que Ch’ti, Prem’s et Deu’s été relâchés à proximité du phare de Walde sous les regards très émus de leurs soigneurs.

Coteaux de la vallée de la Canche - 2005 - © Vincent Cohez

Veuillez entrer votre code d'accès