Vous êtes ici : Transcriptions » Transcription OISO
  • Diminuer la taille du texte
  • Rétablir la taille du texte par défaut
  • Augmenter la taille du texte
  • Imprimer cet article en format éco-conçu
  • Enregistrer cette article au format pdf

Regard sur l'association OISO

Qui d’entre nous n’a jamais ramené à la maison un animal blessé sans pourtant bien savoir comment l’aider ?
A Montcavrel, dans le Montreuillois, Nathalie Labaye et Ludovic Lecointre de l’association OISO ont pour quotidien d’accueillir, soigner et relâcher petits mammifères et oiseaux sauvages en détresse.
Nous sommes partis à leur rencontre et nous vous invitons à découvrir cet univers insolite où l’homme s’est fait intime des plus sauvage.

Depuis 2010, l’association OISO agrandit son Centre régional de soins et de sauvegarde de la faune sauvage et construit à Inxent un complexe de volières adaptées à la rééducation des différentes espèces d’oiseaux accueillies.
On y trouve deux très grandes volières pour les rapaces diurnes et nocturnes, une mare pour les oiseaux d’eau, ainsi que des volières à passereaux, corvidés ou petits rapaces.

Dans l’idéal, les oiseaux ne doivent normalement y passer que 2 ou 3 semaines de rééducation avant d’être relâchés, mais nous rencontrons très vite leurs habitants permanents.
Dans cette volière, nous sommes entourés par des rapaces diurnes, impressionnants mais peu farouches, que Ludovic nourrit même à la main : un Circaete Jean-le-Blanc, un Milan noir, une Buse féroce…
Nous apprenons que tous ces oiseaux ont été saisis auprès de particuliers pour détention illégale et sont aujourd’hui trop imprégnés de la main de l’homme pour regagner leur vie sauvage.
Nathalie Labaeye nous explique : « La buse féroce, qui est un petit mâle, à chaque saison des amours, il me fait la parade. Il vient sur mon dos, je me couche instinctivement car il arrive sur moi et je me protège, il se met sur ses tarses et il simule une copulation. Parce qu’il est imprégné. Et ca l’imprégnation et le danger de l’imprégnation. »

Dans la volière des rapaces nocturnes, un magnifique Grand-Duc d’Europe nous observe placidement.
Né dans un élevage, il n’a jamais connu la liberté et a toujours côtoyé l’homme.
Nathalie Labaeye nous explique : « C’est encore un animal qui va rester en volière toute sa vie. On ne peut pas, à plus ou moins long terme, ne remplir les volières que de ça. On va être, encore une fois, victime de saturation »

Ce busard des roseaux, bagué en Allemagne et donc issu de la faune sauvage, semble lui aussi être passé dans les mains de particuliers et n’en est pas sorti indemne.
Nathalie nous explique : « Elle est arrivée dans un état de délabrement total, plumage comme on voit complètement abîmé. Pour nous il a été détenu et a souffert de carences. Donc voilà le genre d’oiseau qui va au moins séjourner une année en centre de soins et ce n’est vraiment pas le genre d’animal qu’on aimerait garder un an en centre de soins... si il y en a bien un qui stress et qui n’est jamais au repose, c’est bien le busard. »

Certains chemins vers la réintroduction peuvent donc être longs.
Mais la plupart des animaux qui passent par le centre de soins n’y reste que très peu de temps avant d’être relâchés dans leur milieu naturel.

Ces jeunes effraies ont été délogées de leur nid par un particulier dérangé de leur présence.
Élevées et émancipées au centre, elles pourront bientôt reprendre leur liberté.

Avec le soutien de vétérinaires bénévoles, les animaux blessés sont également opérés au centre, soignés, rééduqués et rapidement relâchés.

Ce sont ainsi des centaines d’animaux que l’association OISO restitue chaque année à la nature.
Si leur détresse est souvent causée par l’homme - détention, dérangement, choc avec des voitures, baies vitrées ou pylône électrique - c’est ici une véritable chaîne humaine qui s’organise et se préoccupe du sort de chacun d’eux.

Pour connaître les premiers gestes face à un animal sauvage en détresse, pour contacter le centre en situation d’urgence ou pour soutenir l’association OISO, rendez-vous sur Lien externewww.association-oiso.fr.


Prairie fleurie en lisière de la forêt d'Hesdin - 2007 - © Claudia Cerrato

Veuillez entrer votre code d'accès